≈ Jac Lavergne ≈
(JPG)

J’ai eu l’idée de donner jour à la Compagnie Léon Larchet en 1998 parce qu’il me semblait que le contexte était propice à un tel projet, tant par l’atmosphère culturelle de l’Auvergne et particulièrement de Clermont-Ferrand, que par l’environnement humain et artistique du moment. J’avais évolué jusque là dans diverses compagnies rencontrant aux passages des directeurs artistiques de grande valeur qui m’ont transmis, plus que des savoirs, des exemples. Depuis la création de la Compagnie Léon Larchet, il m’a malheureusement été obligé de constater que ni les contextes ni les gens ne permettaient d’imaginer favorable les circonstances à faire évoluer sereinement un projet artistique et culturel sur le long terme. Pour autant, les réalisations se sont enchaînées...

J’ai tenu, au sein de cette structure, à faire partager mon expérience au plus grand nombre, et ainsi ai permis à beaucoup d’artistes, souvent jeunes, de participer à des spectacles ou à des enregistrements. La formation instrumentale a aussi été très présente au sein des activités de la Compagnie.

Aujourd’hui, nous sommes arrivés à la fin d’un cycle. La période actuelle est consacrée principalement aux solos. Après une période si longue à avoir été au service de projets collectifs, je me consacre tout particulièrement à cet exercice si périlleux, étrange et enrichissant du solo. C’est une façon évidente de porter un regard posé sur le fondement artistique, sur ce qui représente l’essentiel de ce qui doit être dit et défendu. Prendre le temps de se reconnaître est une nécessité à coté de laquelle on passe trop souvent pris que nous sommes dans un mouvement qui ne fait qu’accélérer. Je joue de la musique depuis 50 ans, et suis professionnel depuis 30 ans, il m’est aujourd’hui ô combien utile et nécessaire de passer par ce moment d’observation.

Je n’écarte pas l’idée de réalisation collectives, bien au contraire, c’est quand même fondamental de partager ce que l’on fait en tant qu’artiste, mais dans une recherche de pertinence, ce sera désormais possible de le faire en bien meilleure connaissance de ce qui sera offert en partage. Prendre le temps de déterminer notre essentiel avant de le partager, voilà bien le fond de ma démarche d’aujourd’hui...

Mesdames et Messieurs ; je souhaite que nous ayons de nombreux et heureux moments de rencontres autour des arts et de la poésie...

(JPG)

Mon accordéon est un Castagnari qui a été longtemps réglé par La Maison de l’accordéon et désormais par Accordéon Auvergne Services.

J’ai joué aussi sur deux accordéons de Bruno Priez.

Mon oud est un magnifique instrument que m’a fabriqué Dominique David de Mélody Maker à Clermont-Ferrand.

J’ai aussi un oud ainsi que quelques instruments originaux de Philippe Berne.

Mon bouzouki a été réalisé par Marc Boluda.

Mon violon, de luthier inconnu (XIXème), est réglé par Julie Maroncles et Timothée Jean à Montluçon.

J’ai quelques instruments (flûtes, percussion, etc...) de styles andins fabriqués par Jeff Barbe.

De très beaux instruments en céramique fabriqués par Marie Picard et Atelier Terre et son.

J’ai aussi deux très belles flûtes en corne et en os de l’Atelier Elbock à Châtel Montagne dans l’Allier.

Je joue une très belle flûte bansouri de Khaïm Seligmann.

(JPG)

"...musicien discret, travailleur, chercheur, poly-instrumentiste inspiré... il roule sa bosse inlassablement ne cédant jamais à la facilité en véritable amoureux de la musique et des arts..."

B. Sentou

Voir le CV de Jac Lavergne (pdf)

Contact : jaclav@leonlarchet.com

Conception graphique d’affiches

Travail photographique

Retour au sommaire La Compagnie


Répondre à cet article