≈ Le beau linge ≈


En messe agenouillés, ils fredonnent l’”Avé”
Et chacun à les voir de ces souverains sait
Qu’assises sur la terre leurs pauvres fesses auraient
Le plus grand mal à chier sans soie pour se sécher.

Ils ne connaissent ni charrue ni emblavage
Et quand ils sont au lit ont le coup de rein sage.
Mais s’il s’étend, est-ce soleil ou est-ce orage
Il parait toujours blanc le beau linge au séchage.



Texte de Jac Lavergne

Sommaire des textes


Répondre à cet article