≈ Katia ≈



C’était le matin, j’étais là, elle dansait autour de moi
Elle dansait là, le matin, autour de moi

J’étais le matin
Un drôle de matin brumeux après une nuit de fête et de musique

Elle était la danse
Une danse caressant le sol comme une brume matinale qui filtrait les rayons de l’aurore
là, là, là...

Je m’amuse très souvent avec l’inaccessible
Pour ne jamais devoir me frotter au possible
Parfois je joue si bien dans cette partie là
Que celui-ci enfin redevient celui-là
Je vais te rencontrer aux limites du monde
Ça prend le plus souvent juste quelques secondes
Et pendant qu’elles s’écoulent ton visage apparaît
Si joli que le soir où je t’ai rencontrée

Tu es venue me voir sous forme d’écureuil
Tu m’as surpris soudain et je n’ai pas compris
Ce n’est qu’au deuxième jour que j’ai réalisé
L’étonnement passé que ce qu’à vu mon œil
Était bien cette muse qui m’avait déjà dit
Qu’avoir le cœur brisé pouvait se réparer
Il y a eu ce jour comme une apparition
Une révélation une disparition

Je t’ai cherchée en vain j’ai sondé ma mémoire
Pour matérialiser ce souvenir d’un soir
Ta vie était ailleurs tu es partie si loin
Ta fille t’appelait et moi je n’étais rien
Tu avais tellement peur tu t’en étais ouverte
De rester transparente de ne pas être vue
Mais mon cœur ce jour-là ne t’a pas découverte
Comme il chantait j’ai su qu’il t’avait reconnue

Que dire Katia de toi que j’ai juste frôlée
Tu m’as lié dans ton voile alors que tu dansais
Tu m’as pris dans ta danse alors que je jouais
Tu m’as mis dans tes pas alors que tu marchais
Que dire Katia de toi sinon que je t’ai vue
Que j’ai senti en toi la beauté absolue
Je ne sais pas pourquoi je t’ai laissée partir
Il ne me reste alors plus qu’à me rendormir

J’ai les yeux clos et tu es toujours là
A caresser le vent du bout des doigts
Le vieux caillou m’a dit le temps est ton ami
Et l’écureuil redanssera...

Ce matin-là, les brumes s’entrelaçaient
Et le temps lui, continue son chemin, sans jamais s’arrêter...



Texte de Jac Lavergne - Extrait du spectacle Les Amours profondes



Sommaire des textes


Répondre à cet article