≈ Hommage au Voltigeur ≈

A propos du CD "L’hommage aux trapézistes".



Quand Jac m’a proposé de m’envoyer son « Hommage aux trapézistes » pour que je l’écoute et en parle autour de moi, j’ai accueilli la nouvelle avec un plaisir non dissimulé et un certain sentiment de privilège. Depuis ma préadolescence (et avant même de m’intéresser aux musiques traditionnelles et à l’accordéon diatonique en particulier), je suis les aventures musicales de cet explorateur, des monts du Cantal aux confins de l’Europe de l’Est.

Aujourd’hui, Jac se lance en solitaire dans une traversée très aérienne de la piste aux étoiles. Cet album retrace à mon sens toutes les expériences musicales de l’artiste, de « Cadences d’Auvergne » en passant par « Petit Tom », des tribulations de Léon Larchet aux plus récentes « Muzikadansé ». Ce nouvel opus est un véritable florilège sonore : des histoires chantées ou racontées, teintées d’humour, de tendresse ou de nostalgie ; un clin d’œil aux amis partis dans de sombres lointains ou bien vivants ; des mélodies incitant aux voyages ; une berceuse des plus envoûtantes ; des bourrées à trois temps, bourrées des temps modernes, tant modernes... Les ambiances changent sans cesse au gré des rythmiques et des couleurs harmoniques, surprenant l’auditeur à chaque nouvelle piste, voire aussi au cœur d’une même mélodie. Les mains « baladeuses » de Jac explorent les deux claviers de sa boite à frissons et démontrent avec brio et brillance que droite et gauche peuvent s’unir au service du meilleur et du beau. Depuis toujours, le jeu de la main gauche de Jac a su séduire mes oreilles et dans cet album solo, j’ai parfois l’impression d’écouter un véritable duo tant les deux mains dialoguent entre elles.

Ne cherchez donc pas dans cet album la polka du père machin ou la valse d’untel. Par contre vous y plongerez dans l’univers de Jac, de la poussière de la piste à la voûte du chapiteau, tantôt en équilibre en bord de route avec Mamie Fluo, tantôt suspendus dans les « airs »... Fermez les yeux et laissez-vous balancer au gré des mouvements du trapèze...

Fabrice GOUPIL (13 juin 2014)



Sommaire des textes


Répondre à cet article