≈ Le lion qui voulait être président ≈

Ce texte a été écrit pour le spectacle La Boucle. Il n’est pas achevé et en fait, devrait être retiré de ce spectacle. Peut être trouvera-t-il sa suite et son usage dans un autre spectacle ou événement. Il est un hommage évident à Jean de la Fontaine eu égard au contexte social et à la forme d’écriture.



Le lion bien qu’un peu petit, se prend toujours pour le soleil
Et son regard sur les fourmis est resté comme avant pareil
S’il fut un temps où ceux d’en haut avec le bas durent composer
La recette en cours aujourd’hui consiste à tous nous écraser

Pour bien comprendre son programme il suffit de participer
A une façon de travailler où l’on produira sans compter
Les ouvriers insignifiants peuvent en mourir ils sont nombreux
Mais néanmoins on leur apprend qu’en consommant on est heureux

Il faut aussi pour acheter à l’étranger meilleur marché
Que le lièvre puisse imprimer tous ses billets de TGV
Aller plus loin, aller plus vite jusqu’à pouvoir se voir de dos
C’est un miroir aux alouettes de celui qui nous voit de haut

Pour ce qui est de divertir on pourra faire sans les cigales
Car les chansons de liberté sont de bien piètres récitals
Tout un chacun aura plaisir à suivre au travers des écrans
De bons programmes mitonnés pour les petits et pour les grands

S’il advenait que certains rats quittent la ville pour les champs
Ils se verraient fort dépourvus de ce qui fut service public
Plus d’unité maternité ni de cabine téléphonique
Pas plus d’école pour les enfants que d’aide pour les grands parents

...



Texte de Jac Lavergne



Sommaire des textes


Répondre à cet article