≈ Et puis Têtes ≈

J’ai perdu la tête pour une gueule d’amour collectionneur de guillotines qui s’est payé ma gueule comme si ma tête
Comme si ta tête
Comme si ma tête
Comme si ta tête
Comme si ma tête était mise à prix. Je croyais en faire un amuse gueule mais je m’étais jetée tête la première dans la gueule du loup.
Une tête de loup avec un très long manche pour se faire les moutons dans les coins en dansant le pas du loup dans le courant d’une onde pure.
Un dîner en tête à tête qui commençait par un scotch double face et qui pouvait finir par un tête à queue avec une tête de noeud qui connait les ficelles du métier.
Le vin te monte à la tête, tu dois garder la tête froide tête de mule, il ne vend pas des pantoufles, c’est un chasseur de têtes. Tu te voyais déjà en tête de gondole à Venise, jour de fête et gueule de bois à la Pinocchio, tu as la tête dans les nuages.
Il avait une idée derrière la tête et m’en aurait mis plein la gueule cette tête de Turc tête à claque qui exporte des gibus à Istanbul, ce calculateur “tête à totaux” qui puait de la gueule et avait la grosse tête.
Tu pourrais te fendre la gueule avec un bûcheron qui, bille en tête, ferait des figures libres le soir au fond des bois.
Et pourquoi pas un boulanger à la gueule enfarinée genre tronche de cake qui te met des pains dans la gueule, tu te retrouves figure géométrique, tête au carré. Moi, j’ai l’impression que je préfère un footballeur tête d’affiche qui atteint son but sur un coup de tête avec qui le courant passe sans prise de tête.
Il ne t’a pas mis du plomb dans la tête ton chasseur de têtes, il te faut un bon nettoyage de tête d’impression. Et pourquoi pas un cycliste du tour de France, en été c’est un four de transe avec un peloton de tête mené par un mâle de tête qui a la sienne dans le guidon et n’a pas droit aux cach’tons.
T’as la connerie qui te monte à la tête. Je vais me faire tirer le portrait sans perdre la face par un photographe belle gueule qui a des pellicules plein la tête et qui fera tourner la mienne en écoutant les Têtes raides à tue-tête.
Et si comme soins du visage il te rectifie le portrait, s’il efface ta face sans laisser de trace, tu f’ras la forte tête ? C’est un casse-tête chinois...
Et toi t’es un casse noix. T’es vraiment une Tête de veau vinaigrette dans un grand repas de fête
Allez, fais pas la gueule ?
Tête de cochon !
T’as vu ta gueule ?
Ta gueule !
Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

En cas de délit de sale gueule, il faut savoir tenir tête à la face du monde.

Texte de Jac Lavergne, pour le spectacle Waïchi

Sommaire des textes


Répondre à cet article